bivouac d'ilhéou

Photo : Caroline Roujas

Le bivouac en montagne sur le GR10, mode d'emploi.

Le bivouac en moyenne montagne (jusqu’à 2500m d’altitude) sur le GR10 n’est pas une activité récente. En 1937, le club Alpin Français a édité le premier manuel technique de Camping et de bivouac en montagne. Force est de constater que rien n’a changé à ce jour. Nous vous vous invitons donc à prendre connaissance des propos de Raymond GACHER initiateur du projet (voir extrait ci-joint).

Avant toutes choses, il est important de prendre connaissance de la règlementation actuelle concernant le bivouac dans le parc National des Pyrénées. Nous vous invitons à consulter la page de préparation relative à ce sujet sur notre site. Vous y trouverez la liste complète des règles imposées et les portions du GR10 concernées.

Extrait de l'ouvrage Manuel Technique de Camping et de Bivouac en Montagne :

« …La moyenne montagne, ainsi que nous l’avons définie au début de cette partie du manuel, présentera presque toujours au campeur des terrasses herbeuses ou des prairies plus ou moins envahies par la végétation…

Avec un peu de chance, les emplacements superbes, abondants en ce domaine fourniront des camps de premier ordre aux souvenirs ineffaçables. En principe, il n’y a aucune autorisation à demander sauf auprès du voisinage immédiat des chalets-hôtels ou refuges gardés. Le terrain idéal sera le voisinage d’un lac ou d’une source abondante d’eau pure. Cette eau sera nécessaire à la cuisine, la boisson et la toilette. Eviter de camper dans les prairies avant la fauchaison, le foin étant rare et précieux pour les montagnards.

Défauts à éviter. On devra se souvenir qu’il faut éviter un certain nombre d’écueils :

  1. la trop grande proximité d’un sentier fréquenté ou d’une hôtellerie d’un but classique d’excursion où la solitude est illusoire.
  2. Les estives abritant de grands troupeaux qui risquent de détériorer le matériel (vaches), de voler les provisions (chiens) et de polluer les eaux.
  3. les grands arbres susceptibles d’attirer la foudre et qui après une pluie laissent tomber de grosses gouttes provoquant une vaporisation même à travers les tissus les plus serrés.
  4. Le moindre creux de terrain devenant, à cause de l’imperméabilité du sous-sol, une flaque ou un petit lac.
  5. Les torrents grondeurs, ou le voisinage des cascades, pouvant gêner le repos.
  6. Les cols, crêtes et sommets généralement exposés au vents violents et souvent continus.
  7. La proximité de pentes raides ou de parois rocheuses permettant souvent les chutes de pierres.

En résumé, on devra choisir un emplacement ayant une belle vue et une bonne exposition au soleil, sur une légère bosse de terrain mettant la tente à l’abri des inondations. Le lieu sera assez peu fréquenté des hommes et des bêtes, assez loin de parois rocheuses mais protégé par des contreforts et très proche d’un point d’eau potable. La direction du vent dominant et la perméabilité du terrain aux piquets devront être retenus également. »

Autres Remarques utiles :

Certains gîtes d’étapes proposent une formule bivouac à petit prix avec la possibilité de profiter de l’infrastructure du gîte (intéressant pour les petits budgets),
En dehors des Parcs naturels, les feux de camps sont parfaitement autorisés.

Retrouvez sur ce site une liste précise mais non exhaustive de tous les bivouacs possibles sur l’ensemble du GR10

Point info

Pour toutes questions relatives aux dossiers de préparation, n’hésitez-pas à contacter :
Eric CHAIGNEAU
animateur bénévole des Amis GRdistes.
assogr10@gmail.com
tel 06 83 61 48 49